3 jours au coeur du Japon…à Kyoto!

Quelqu’un a dit « le Japon est comme un être humain dont la tête serait à Tokyo, l’estomac à Osaka et le cœur à Kyoto ». Pour vous dire la vérité, je ne saurai ni infirmer ni confirmer cette adage. Nous avons disposé de trop peu de temps pour pouvoir explorer et se perdre dans les rues…il me reste un goût d’inachevé. Ceci étant ce que nous avons vu m’a ravie. A Kyoto, tout est bien plus bas : les buildings ne sont pas omniprésents. Les paysages au cœur de la ville sont un régal : en arrière-plan se trouvent toujours les collines entourant Kyoto.

Malgré la période des pluies tsuyu, le super beau temps était au rendez-vous…les monuments et parcs ont pris leur plus revêtement pour nous accueillir Cécile (la reine des carpes), Benoit (l’autruche), Maman (mamounette), Maxime (la tortue) et moi (le singe)!

Pour décrire notre périple, je ne vais pas dérouler un fil chronologique un peu barbant je pense, mais “thématique” ; en espérant que vous puissiez me suivre…

Expérience Shinkansen ShinkansenOn a pris le fameux TGV nippon qui roule à plus de 250km/h. Pour rejoindre Kyoto, nous avons mis 2h30. Des trains partent toutes les 15 minutes depuis Tokyo. Les rangées de sièges sont espacées comme il faut pour étendre ses jambes. Voyager à bord d’une célébrité a un coup…26 000yens (189euros) le billet aller-retour quand même! Mais après ça reste un train…

La Pagode du temple Kiyomisu

La Pagode du temple Kiyomisu appartenant au patrimoine mondial de l’UNESCO

Expérience on se lasse jamais des temples et jardins zens Kyoto compte 1 600 temples et 400 sanctuaires dont certains sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. En 3 jours on en a vus une bonne quinzaine. Ce qui est déjà énoooorme. Parce que les temples sont rarement différents des uns des autres : c’est toujours la même histoire. « Le shogun il a voulu marqué son empreinte parce qu’il était d’une secte bouddhiste différente de son voisin…et boum ça donne des temples ». Pour autant, les temples dégagent une atmosphère tellement reposante qu’il est quasi impossible de s’en lasser.

 

sanctuaire Yakasaka

sanctuaire Yakasaka

Nishi Honganji Temple

intérieur du temple Nishi Honganji

On passe la grande porte (sous forme d’arche), on a une vue directe sur le temple.Le regard peine alors à se décoller du toit en bois qui s’élève majestueusement vers le ciel. Puis on traverse la cour intérieure pour rejoindre le monument. On se déchausse, et pénétrons dans le temple. Parfois le parquet en bois peut couiner. On vérifie que les photos soient bien autorisées (bah oui on est des touristes!!). Et dans une ambiance religieuse mais pas pesante, on avance à pas de loup dans le temple pour en contempler l’intérieur.

Les temples c’est aussi (et surtout?) les jardins zens (sec ou humide) situés autour ou à l’intérieur. Il suffit de s’asseoir sur un tatami, se reposer contre une paroi vue sur le jardin et avec une petite brise si possible pour ressentir une paix quasi-infinie. Certains y méditent, moi je m’y verrai plutôt bien bouquiner durant tout une après-midi.

ce jardin a été conçu de telle sorte que les 15 pierres ne puissent être vues d'un seul coup.

Le jardin zen du temple Ryoan ji a été conçu de telle sorte que les 15 pierres ne puissent être vues d’un seul coup.

Les jardins secs sont des jardins minéraux avec uniquement des cailloux ou des rochers. Et chaque pierre représente quelque chose (un animal ou une rivière par exemple) en fonction de sa disposition et de sa forme.Il en est de même dans les jardins humides où chaque plante symbolise quelque chose. La mousse verte…NON NON ce n’est pas par manque d’entretien, bien au contraire elle signifie la pureté! 

Jardin Zen du temple Kodai ji

Jardin Zen du temple Kodai ji

 

Expérience efficacité je n’ai pas le sens de l’orientation : je ne comprends pas les plans et les plans ne me comprennent pas. Mais Kyoto fait figure d’exception. Un peu d’histoire s’impose. Le plan de la ville a été conçu à partir d’un modèle chinois très simple : il y a 10 rues principales coupées par la perpendiculaire en 3 avenues (ça forme donc un quadrillage où il est difficile de se perdre et ça c’est chouette).

Je dois avouer que le 3ème jour, on était fatigué donc on a utilisé le bus toute la journée. Le réseau de bus dessert tous les temples de la ville et ça aussi c’est super chouette! 

Expérience tradi  Notre hôtel était en plein cœur du quartier Gion (à l’est de Kyoto), quartier traditionnel s’il en est et à deux pas des plus fameux temples de Kyoto.

La rue Kiyomizuzaka est longée de petites échoppes pour ramener des souvenirs...

La rue Kiyomizuzaka est longée de petites échoppes pour ramener des souvenirs…

On a dormi dans le ryokan Kiyomisu (du nom du temple) Sanso. Un ryokan est une auberge à la japonaise qui le plus souvent est intimiste en mode ultra cocooning.

Maison traditionnelle dans le quartier de Gion

Maison traditionnelle dans le quartier de Gion

 

 

 

 

 

 

On dort sur des tatamis, on a mangé un petit dej japonais en portant un yukata (robe de chambre).

Maxime en yukata...au réveil

Maxime en yukata…au réveil

 

 

 

 

 

 

Expérience nouvelle/juste pour l’anecdote j’ai mangé une glace goût « charcoal » comprendre au charbon. Bah c’était bon !

Expérience LOL En plus des collines qui entourent Kyoto, cette ville a du cachet grâce à la rivière qui la traverse : la rivière Kamo.

quartier pontocho

quartier pontocho

Le quartier de Pontocho est charmant notamment grâce à cette rivière. Cette rue est située dans le quartier central de Kyoto. La rue est piétonne, pavée, étroite et bordée des deux côtés par des bars, cafés et restaurants. Mais un seul côté est intéressant : celui qui donne sur la rivière. En effet, quand il fait beau et chaud, les restaurateurs ouvrent leur terrasse construites sur pilotis juste au dessus de la rivière Kamo et éclairées par des lampions. Alors, on s’est dit « pourquoi pas nous?, nous aussi on veut boire un verre en terrasse! » Il se trouve que toutes les terrasses étaient pleines ou bien trop chères. Dépités (et un peu par ma faute), on se retrouve dans le « Tonbo bar » qui n’a pas de fenêtre. La salle est mal éclairée et il y a aucun autre client hormis nous. On se met quand même à commander des cocktails oh la bêtise ! La personne au bar ne savait pas en faire ce qui donne lieu à une situation ubuesque. La serveuse qui prend notre commande se retourne à chaque fois pour s’assurer qu’ils ont bien les réserves nécessaires et l’autre consulte accroupi sous son bar son livre de recettes…A bien y réfléchir, le seul cocktail qu’il pouvait nous servir était celui de Maman : de l’eau. On décide alors de repartir ! Je vous rassure on a trouvé un lieu où rassasier notre soif ! 

Expérience coquine Le soir venu, notamment dans le quartier de Pontocho, des geishas marchent dans les rues on ne sait trop pour aller où…les gaijins (les étrangers) ne sont pas invités dans ces lieux là. Mais attention, les geishas ne sont pas des prostituées. La prostitution a été abolie par deux fois en 1750 et 1956. Les geishas apprennent les arts traditionnels (cérémonie du thé, arrangement floral…) et proposent des spectacles.

Expérience gourmande Le Japon est réputé pour plein de choses et dans plein de domaines mais il y a une chose que les japonais ne connaissent pas : les desserts ! Peu importe le restaurant (ramen, sushi, udon, donburi…) dessert connait pas, ça sert à quoi? Enfin bref, nous sommes donc allés acheter des petites douceurs pour les déguster le long de la rivière Kamo pour clôturer ce week end.

Expérience moins gourmande Nous avons assisté à une cérémonie traditionnelle du thé (le chado)…du thé vert macha qui est un peu amer. Perso, moi j’aime, mais certains l’assimilent à du jus de poisson ou d’épinard… Après avoir vanté les mérites du macha pour l’organisme, la cérémonie a pu commencer. Vêtue d’un kimono, la jeune dame nous présente les 4 principes pour faire du thé : concentration, pureté, et j’ai oublié les deux autres.Tout, absolument tout est un peu au ralenti…en fait elle médite. Elle marche en frottant ses pieds au sol, quand elle prend la louche pour servir l’eau chaude elle s’imagine contempler son reflet au fond de celle-ci…Une fois la poudre macha dans le bol avec l’eau chaude, il faut fouetter le tout de bas en haut jusqu’à obtention d’une mousse (tel un cappuccino) et hop là c’est prêt à être dégusté.

Expérience fierté Maxime a demandé à la serveuse en japonais s’il vous plait de baisser le niveau de l’air conditionné. Et elle a compris!!!

Maman s’est très bien adaptée : mange avec les baguettes sans trop de difficulté à présent, a marché sous le soleil sans trop demander quand est ce qu’on arrivait. :)

Expérience retrouvailles                      Je serai bien contente en rentrant de dire “oh tu te rappelles avec Cécile et nousBenoit au Japon…” heureuse de votre trop courte visite…je tire mon chapeau à Cécile qui a su nous guider : je maitrise le plan comme personne. Et à Benoit qui a pris de belles photos de Maxime et moi (parce que j’en avais pas!).

 

Conclusion de ces expériences je suis rentrée les pieds fatigués. Pour autant, j’aurais volontiers suivi Cécile et Benoit dans leur périple vers Hiroshima. Il me faut juste être patiente, ce sera bientôt notre tour : d’ici 4 mois, on se fera tout le Japon, j’ai tellement hâte. 

Bon, et pour voir l’ensemble de nos photos sur Kyoto et nos bouilles de + près, de face de profil c’est par ici !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>