img_7827

N’est pas Hygge qui veut : détails chics (partie II)

img_8100Voici donc la suite de ma trop courte escapade à Copenhague. Comme déjà dit, je suis revenue enchantée de Copenhague. La moindre chose m’a plu dans cette ville : les habitants et leur mode de vie so « HYGGE ».

Depuis le personnel de l’auberge de jeunesse, jusqu’à la vendeuse d’une friperie,  en passant par la gérante du petit café du coin, tout le monde parle anglais. Copenhague est cosmopolite et dynamique….Enfin, dynamique pendant les horaires d’ouverture. J’en ai conclu qu’ils sont calés sur le soleil (lever à 8h et coucher à 16h : ça fait court quand même !) On s’est fait avoir à plusieurs reprises en faisant face à des magasins ou lieux de visite fermés dès 16h.

img_7834Les copenhimg_7968aguois s’accoutument très bien au climat et font quasi tous leurs déplacements à vélo. La ville est aménagée pour les cyclistes : en plus des pistes cyclables, il y aussi des feux tricolores qui leurs permettent de filer, des ponts pour leur unique usage.

img_8139

img_8273

img_8208

Dans la catégorie « je vis en harmonie avec le climat », nous avons aperçu quelques personnes piquer une tête dans le fleuve.

 

 

 

Durant notre séjour, le temps a été froid (avec un bon vent glacial qui gèle les bouts des doigts) mais par contre le soleil était au rendez-vous. Et après une journée au dehors, les cafés permettent de réchauffer nos bouts du nez.

Le café, lieu de prédilection et de jouissance du hygge ( = confort + simplicité + convivialité + bien être). Ils savent à chaque fois mettre le petit détail déco (aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur) qui marchera à coup sûr (bougie, plaid,…) !

 

J’adore tout particulièrement ces portes qui se dérobent vers un sous sol : un sentiment d’aller dans un endroit secret.

img_8016

Limg_8021es commerçants savent soigner leur entrées et vous donnent envie de découvrir leur univers. Les quartier de VesterbrØ et NorrebrrØ regorgent de friperies et de magasins de créateurs.

Entre les boutiques de décoration d’intérieure, les fleuristes et les magasins de fringues, le design danois nous fait de l’oeil avec ses lignes épurées et ses couleurs pastelles. 

img_8101

img_7865

c’est le genre d’endroit on pourrait rester à bouquiner. 

img_7859 img_7858

Du coup, boire un verre à l’extérieur ne parait pas être le bout du monde avec ces gros plaids sur les épaules et ces feux de camps improvisés. (en vrai, on n’a jamais bu un verre en terrasse, mais les Danois le font volontiers)

img_7970

img_7842Pour les restaurants et bars : l’ambiance cosy est aussi au rendez-vous. Ils ont tout compris, ils combinent le café à une activité (coiffeur, laverie, librairie…). 

Les cartes des brasseries et autres restaurants ne sont pas très longues. A chaque fois, nous avons eu la chance de manger des plats faits maison, à la minute, avec des produits frais. Autre point fort du hygge : procurer le sentiment agréable que le plat que l’on mange a été fait pour soi.

img_8130 img_8124

img_8128

img_7949La spécialité du coin qu’on a testée et approuvée est un pain noir sur lequel sont disposés des tas d’ingrédients (poissons marinés, viande tartare, légumes et souvent une sauce). nous avons savouré notre smØrrebrØd dans le marché couvert Torvehallerne : cet endroit grouille de chaleur humaine, c’est un lieu de rencontre où l’on déjeune sur le pouce. 

img_7942

img_8136

img_7960 img_7961

En revanche, définitivement le pays du dessert c’est la France. Hormis les gros gâteaux américains type Carrot Cake, il ne me semble pas qu’ils aient une spécialité. 

La conséquence terrible : avoir envie d’acheter le moindre objet déco, de repartir avec toutes ces petites boites, de toutes les formes, de toutes les couleurs, de toutes les tailles, se dire qu’on n’a pas la place… mais que ça vient quand même du pays et repartir avec un tote bag, une trousse de toilette, des aiguilles à tricoter et  du thé pour tenter de retrouver l’ambiance hygge à la maison…

J’y retournerai !… je pense, je pourrais même y vivre.

img_8259

Copenhague : visite de la ville (partie I)

Je suis revenue enchantée de Copenhague. C’est bien simple, avant d’y mettre les pieds, je savais que je n’allais être qu’amour pour cette ville (partie I) et son mode de vie so « HYGGE » (partie II) (plan en deux parties ? moi, avoir fait du droit et être toujours atteinte) 

 

img_8069Niveau architecture, je reste marquée par les façades de briques rouges des bâtiments (notamment sur les avenues principales, comme Andersen) Ces bâtiments sont imposants, ils font parfois tout le pâté.

Radus (la mairie de Copenhague)

img_8075img_8065

img_7931Le château de Rosenborg s’est trouvé être une grosse déception. Cette ancienne résidence royale a été transformé en musée où les œuvres son très peu mises en valeur. On y a quand même vu les joyaux de la couronne. 

img_7915 img_7924

img_8188 A l’instar du château et de la mairie, Copenhague est riche d’un patrimoine historique bâti…à tel point que nous sommes passées devant des tas d’institutions et à chaque fois on se demandait si ce n’était pas un autre château… img_8025 img_7897

MENTION SPECIALE : cette université qui offre un décor de Poudlard et depuis l’extérieur, cette bibliothèque m’a fait tout simplement rêvée.

Aux premiers abords, j’ai donc eu du mal avec ces briques rouges. Mais petit à petit, certains détails me sont apparus. A commencer, par ces corniches qui sortent de temps en temps. Il y a aussi ces angles de rues où le bâtiment forme un angle arrondi

img_7854

img_7853

Les bâtiments en enfilade donnent un charme fou aux rues… et déjà là je commençais à percevoir ce qui allait me plaire à Copenhague. 

img_8145

Là où Copenhague a su déployer tous ces atouts, c’est le long de ces canaux

LE CANAL DE NYHAVN (célèbre pour ses maisons en bois aux façades colorées)

img_8004 img_7999  img_7996

img_8258Le canal de Christiana (et son quartier d’une manière plus global)

 

 

 

img_8270 img_8242 img_8164img_8245

La nuit aussi Copenhague est toute belle, du côté du fleuve img_8173 img_8152 img_8150 img_8059

img_8038La nuit tombe tôt. Dès 16h, le soleil se couche. Bon ce n’est pas terrible pour visiter une ville. Par exemple, je n’ai de photos de la citadelle (Kastellet) et de son parc dans lequel nous avons marché de nuit. Idem, nous avons peiné à trouver la Petite Sirène.

 

 

 

En revanche, c’est le moment idéal pour « apprécier » l’intérieur des maisons confortables et la chaleur d’un café convivial (transition toute trouvée pour la partie II ! )

 

 

img_8289

M.B.M \ Cardigan gris perle (WAK)

img-20160416-wa0000Je m’apprêtais à partir 4 jours à Copenhague, il me fallait donc des vêtements conforts et chauds ! J’ai été séduite par WE ARE KNITTERS (WAK) qui propose « de la joie réunie dans un kit » et aussi des pelotes de laine de qualité.

Il faut dire aussi que leur site me faisait de l’œil et du pied sur les sites de la Redoute, Facebook et cie à coup d’arguments chocs :

- pour la énième fois, il faisait du moins -20%

- laine de qualité : 100% péruvienne – 100% coton et naturels 

- démarche de développement durable : les sacs dans lesquels sont envoyés les kits sont en papier recyclables et réutilisables, leurs aiguilles et crochets sont 100% bois d’hêtre et faites mains, le trapilho pour mon futur gros panier provient du recyclage de t-shirts. 

Et j’ai craqué tout naturellement pour deux kits : un cardigan et un gros panier ( à réaliser au crochet, sauf que - chercher l’erreur - je ne sais pas faire du crochet).

Le kit pour le cardigan se compose de pelotes couleur « gris perle », d’une aiguille couturière( en option, les aiguilles en bois à tricoter, tellement belles), d’une étiquette WAK et le patron du cardigan (niveau intermédiaire). Et je me suis laissée porter par ce tuto très bien expliqué.

Enfin vous l’avez compris : je suis 100% WAK !

Coût : 63euros (mais encore une fois, le plaisir de créer rien que ça !) et surtout pour la petite histoire, le service après-vente assure ! Certaines pelotes étaient défectueuses, ils m’en ont renvoyé rapidement de nouvelles sans demander une preuve…et faire confiance : c’est cool !  

Et voilà mon gilet qui m’a apporté chaleur lors de mon escapade à Copenhague. Canon hein ?

img_8291 img_8301 img_8300 img_8297 img_8293 img_8292


 

 

Je reviens de Guadeloupe∗

Je suis harnachée, bien malgré moi, à la routine de la rentrée.

Si vous éteignez votre réveil 5 fois avant de vous lever ET que vous rêvez la nuit de mettre un poing à votre boss ET que vos prochaines vacances vous obsèdent, le post qui suit pourrait vous aider à tenir le coup ! Il est temps de se remémorer les plus beaux paysages caribéens que j’ai vus en Guadeloupe, les odeurs des vacances et les chaleurs de cet été,…

L’ile principale de la Guadeloupe ressemble à un papillon, dont les deux ailes se prénomment Grande-Terre et Basse-Terre. J’ai tout naturellement papillonné trois semaines. Les paysages sont de véritables peintures : entre bleu et vert, les balades sur les plages, sur les criques et le long des lagons, la nature sauvage m’a laissée plus d’une fois sans voix.

 img_6682img_7784Les plages invitent à la flânerie, au laisser aller et à la détente sous les cocotiers. 

img_6790

img_6718

Plage de Port-Louis

img_7287la Douche   

 

 

 

 

La nature a repris ses droits sur l’Ilet Caret   

img_7724

img_7706 img_7728

 img-20160902-wa0008
Les Saintes et Marie-Galante. Plus sauvages encore que la Guadeloupe elle-même, ces iles m’ont séduite.

Là-bas, le paysage montagneux relève les nuances de la mer et les qualificatifs commencent à me manquer.

img_6509 Les fonds marins autour des ces terres sont splendides : corail, récifs, tortues, oursins noirs et blancs et autres poissons… img_6492 img_6471 img_6455 img_6379img_6434  DCIM103GOPRO DCIM103GOPRO DCIM103GOPRO                  

 
Le temps s’est suspendu à plusieurs reprises dans la forêt tropicale 

Je resterai marquée par les verts de la forêt, le soleil qui perce au travers de la densité des arbres et les quelques chutes qui ont ponctué les randos. Mais la délivrance d’être là haut, sans être ombragée par les arbres et le bonheur d’avoir les pieds dans le bassin limpide de la cascade vaut bien tous ces efforts ! La chaleur encaissée se libère d’un seul coup.

img_6541 img_6523

Au saut de la Lézarde quand j’ai voulu sauter du haut de la cascade de 10mètres,

IMG_6244chute-lezarde-10m

Pendant la randonnée nous amenant à la Chute Moreau,

img_6555

A la 3ème chute du Carbet, le temps s’est suspendu pour que Maxime puisse faire ses pyramides de cailloux.

img_6764 img_6759 img_6756

 

 

La plupart de temps, nous étions chanceux et/ou très bien conseillés, le temps était très clément ce qui nous permis d’avoir une vue dégagée au sommet du volcan de la Soufrière,

img_6671 DCIM103GOPRO

Les chemins de randonnée sont variées : grimpette entre les arbres et les lierres, les pieds dans la boue et parfois en traversant des rivières…

img-20160910-wa0000

Sans oublier les balades le long du littoral

img_7664…A commencer par le littoral de Sainte Rose, 

ma balade préférée en 360°, en un tour sur soi-même, on peut apprécier le sable ocre, les prairies où broutent les vaches et au loin les montagnes.

 

Les arbres sont sculptés par le vent qui souffle très fort du côté de la pointe Allègre.

 img_7623

img_7448La porte de l’Enfer

 

 

img_7435img_7427 img_7419 img_7397    img_7472img_7254

La pointe des Châteaux

img_7331 

 

 

Randonnée sur le littoral de Grande-Anse à Saint- Louis, img_7285

Le spectacle fooort  des vagues qui s’éclatent contre les falaises… img_7278

img_7759

 

 

 

 

 

Au-delà du patrimoine naturel, les guadeloupéens ont également une histoire :

Le Mémorial Acte – « la mémoire inspire l’avenir » est un musée très intéressant qui retrace l’histoire du colonialisme partout de le monde et qui traite aussi de l’esclavagisme moderne.

La tradition culinaire est enrichie de tous ces fruits exotiques qui n’ont pas le même goût qu’en métropole : ananas, papaye, pastèque, banane plantain, giraumon, citron (sorbet citron), banane pomme, banane figue, pomme cannelle,…

le marché de saint Anneimg_7341 img_7351

 

 

 

 

 

 

Merci aux doudous Frédéric et Caroline pour leur accueil 10 étoiles ! ;)

 

∗ceci est un mensonge 

IMG_6194

Deux week-end en Écosse

Un petit tour au nord du mur d’Hadrien, me voilà arrivé en Écosse, pays des Kilts et des Cornemuses.

Ma base de repli : Glasgow. Ici, l’architecture Victorienne cohabite avec les créations de l’architecte emblématique de la ville : Charles Rennie MacKintosh, mais aussi avec des fresques animant les vastes façades des entrepôts, reliques d’une intense période industrielle.

Musée d'Art Moderne

Musée d’Art Moderne

Pont sur la Clyde River

Pont sur la Clyde River

IMG_5444

IMG_5449

IMG_5433

IMG_5583

En me baladant un peu plus loin, j’ai découvert le « Loch Lomond » (difficile de ne pas penser à la marque de boisson favorite du capitaine Haddock!) , accessible en vélo depuis Glasgow. Trois heures de balade, plus ou moins bucoliques, durant lesquelles j’ai eu l’occasion de sécher… Au moins 2 fois de suite.

IMG_5490

Bucolique

 

IMG_5485

Très bucolique (et humide)

IMG_5546

Très peu Bucolique

 

Heureusement, tout vient à point à qui sait attendre :

IMG_5512

De découvertes en découvertes :

IMG_5523

De Folkloresque…

IMG_5533

… En Minionesque

 

 

 

 

 

 

Enfin vinrent les grands espaces : les Highlands, jusqu’au Loch Ness, s’étend le territoire des trolls, farfadets, elfes ou lutins. Ici, la sobriété surnaturelle fait couler la source des contes fantastiques.

IMG_5655IMG_5663

IMG_5672

La voilà peut-être, la Source…

IMG_5661

 

Ou, peut être irons nous plutôt à la rencontre de ces fameux fantômes !

IMG_5632

IMG_5702

IMG_5710

 

En tout cas, point de monstre sur le Loch Ness, pas plus que le moindre coin de ciel bleu par cet après-midi pluvieux. Contrairement à mon équipement, le Loch est resté hermétique… à la photographie.

Un dernier tour et puis s’en va, Édimbourg m’a chaleureusement accueilli durant quelques heures et s’est prêtée au jeu de la caméra.

IMG_5734IMG_5770

IMG_5751

IMG_6007

M.B.M \ tricot d’une blouse rose poudré

A bas la simple écharpe (même si elle est tellement douce) !! Marre de toujours faire ces rectangles de 6 pieds de longs.

Pour ma première tentative DIY ou M.B.M (comme j’aime l’appeler), je me suis donc essayé à un modèle de blouse rose poudré. (tuto gratuit sur prima pour les intéressés).

IMG_6014JE SAIS! que le rapport prix/ temps passé est très loin d’être à mon avantage (PRIX : 27 euros pour les 8 pelotes – TEMPS PASSE : 2 mois)

JE SAIS! aussi que je n’ai pas l’assurance qu’il sera parfait comme tout droit sorti de chez mon copain espagnol, Zara.

Mais! la joie du fait main et le sourire que j’arbore quand je dis « c’est moi qui l’ait fait !  » n’ont pas de prix alors je me suis lancée.

 

Ce qui m’a plu dans ce modèle est que :

malgré ma faible expérience de tricoteuse, ce tuto était accessible, les points utilisés étant plutôt simples (point godron pour les concernés) ; 

- les manches courtes séduisaient la flemmarde tricoteuse que je suis, car cela me prendrait moins de temps que si les manches étaient longues ;  IMG_6010

- la laine fine utilisée : vêtement idéal pour la saison qui devait s’annoncer (vous connaissez la suite de l’histoire : le printemps n’est jamais venu – les températures estivales ont débarqué sans prévenir) ;

 

 

 

 

- le détail choc : le col en V dans le dos fermé à l’aide d’un ruban (j’ai choisi un tissu type « Liberty »). Ce modèle évite donc l’écueil du pull tricoté par la grand-mère de Bridget Jones avec des cerfs.

 

 

Deux mois plus tard (avec deux semaines de pause), ma blouse est finie, non sans quelques dé-tricotages et re-tricotages.2016-06-12 20.27.34

Il me reste encore pas mal de chose à parfaire dans la méthodo du tricot (ça rime !) : mais en terme de rendu, il répond à mes attentes malgré des petits défauts sur les coutures d’assemblage.

Ça m’a plu ( malgré quelques médisances du type « le tricot serait une affaire de grand-mère ») alors j’ai entamé un cardigan (avec des manches ! :) ) pour cet hiver.

IMG_5812

Le Pont Wilson aux couleurs de la culture pop (Tours)

Le Pont Wilson ou le « Pont de Pierres » de Tours.

Parenthèse patrimoniale :  construit à partir de 1765, c’est le plus vieux pont de Tours. fin de la parenthèse patrimoniale.

IMG_5798Caractéristiques techniques : composé de 15 arches, il est long de 434 mètres.

pont classique et fonctionnel : construit pour contourner un obstacle ( que l’on connait bien à Orléans aussi) : la Loire ! A présent, il est traversé par une ligne de trame.

 

Ce monument historique a pris des couleurs pop et modernes cet été :

« Pixel perfect » est une œuvre artistique qui habille le pont de drapeaux composés de 7 couleurs et de 77 pixels. Les deux artistes intéressés par les jeux vidéo (ah bon ?) ont notamment voulu représenter des emblèmes de Saint-Martin sur les drapeaux… (Oserais-je le dire ? on est bien loin des drapeaux de Jeanne d’Arc d’Orléans…)

Le Pont Wilson « claque » cet été…

IMG_5801

 

En passant

M.B.M \ Portant en bois : la Redoute peut aller se coucher

J’inaugure une nouvelle catégorie : M.B.M MadeByMyself ! et il faudrait rajouter pas peu fière !

Force est de constater que je commence à être à l’étroit dans mon 33m². L’armoire explose, mes robes sont froissées : je me devais de réagir ! Peu de solutions s’offraient à moi : déménager dans un nouvel appartement avec un dressing ou alors un portant.

J’ai opté pour la 2ème solution et voilà ce que ça donne.  2016-06-12 20.22.58

 

 

 

 

 

 

DSC00216J’ai profité d’un week-end ensoleillé (tu te souviens?) à Saint Dyé pour solliciter des conseils avisés et du matériel pour m’aider à construire ce portant. En voici les quelques étapes (dans les grandes lignes) :

 

 

DSC00212Choisir des tasseaux de bois (6 au minimum, voir plus pour l’ajout d’un « support ») et les poncer (ne pas oublier d’être patient).

 

 

 

DSC00213 DSC00214 Visser les tasseaux de bois entre eux et scier les bouts qui dépassent (faire preuve d’entêtement).

 

DSC00215

 

Pour finir, peindre les tasseaux (rester concentré et n’oublier aucune partie).

 

 

 

Après un transport un peu compliqué où la colonne vertébrale sera probablement mise à rude épreuve (à moins d’avoir un Monospace ou un Kangoo), installez le portant à l’endroit dédié et ajouter la toucher finale : la tringle !

2016-06-12 20.27.34Ça m’aura pris 3 jours mais je suis très contente du résultat je n’ai rien à envier au portant de la Redoute !

Il ne reste plus qu’à admirer le travail en faisant des photos « stylées bébé ! » : parce qu’en vrai, c’est un peu le bazar dans mon portant et je ne porte que très rarement ces escarpins noirs !

En revanche, ce qui est vrai, c’est que j’ai tricoté le haut rose… et ça aussi j’en suis pas peu fière !

 

IMG_3613

Les références pantones de la Corse !

Notre escapade en Corse était sous le signe de longues randonnées en partant tôt le matin (oui, même en vacances…je sais) en finissant affamés le soir par un restaurant.

Nous avons exploré la BALAGNE, CORTE et le CAP NORD pendant une semaine avec un goût de trop peu.

Les couleurs s’y déclinent à l’infini : le bleu de la mer (et du ciel), les toitures ocre-orangers, les maisons de toutes les couleurs, la verdure des plaines et des vallées, le gris de la roche du GR 20, le noir des galets, le blanc du sable, l’éclairage de la nuit, le vert des vignes…

294cLe bleu électrique de la mer à Ile Rousse = pantone 294 C

IMG_3140 IMG_3163        IMG_3144

ocreLes tuiles ocres des toits des villages balanins (Pigna, Monticello et Aregna) = pantone 1565 C

IMG_3259 IMG_3262IMG_3283IMG_3293

              

vert3405cJ’ai apprécié le charme de ces villages sur les flancs de montagne :  des rues pavées qui se croisent et de jolies portes comme la verte émeraude du village de Pigna.

IMG_3228

IMG_3232 IMG_3256

423CLe village de l’Asco connu pour le miel de ses montagnes.

Une des pistes du GR 20 y commence > Le gris des roches = pantone 423

IMG_3373

IMG_3330 IMG_3346 IMG_3366

 

tumblr_m8ryt2iZS01rx6wiio4_400L’éclairage jaune chaleureux de la ville de Corte la nuit…. =  pantone 1235 C.

IMG_3394IMG_3398 IMG_3395

 

363cJ’ai vu le vert se décliner entre le sommet des pins  et le maquis de la vallée de Restonica (grand site naturel), où nous avons fait une randonnée de près de 8h = pantone 363C

 

 

 

IMG_3427IMG_3511 IMG_3436  IMG_3487

IMG_3440 piscines naturelles limpides (pour nous rafraichir en plein cagnard)

 

 

 

 

 

207A Patrimonio, ville réputée pour ses vignes et ses viticulteurs, j’ai mis ma jupe rose framboise (il fallait bien trouver quelque chose) = pantone 207.

 

 

 

 

 

IMG_3522 IMG_3581 IMG_3612 IMG_3613

 

 

A Nonza (au 3425cnord de la Corse), le vert m’a rattrapée avec ce paysage qui a de fortes ressemblance avec un paysage de sorcier = pantone 3425.

 

 

IMG_3618

IMG_3617

426-CLes galets noirs, de la plage de Nonza = pantone 426 C.

 

IMG_3640  IMG_3653

 Maxime s’ est adonné à sa lubie du moment : faire tenir en équilibre des cailloux.

IMG_3678IMG_3685

 

 

 

 

 

 

La bonne adresse du Cap Corse : Auberge du chat qui pêche pas très loin de Nonza : cadre chaleureux, perdus dans la Corse, restaurant en terrasse avec pour seul accompagnement le bruit des vagues.

IMG_3689

 

 

 

 

 

bleu

L’agréable bleu du ciel de la Haute Corse : le Cap Nord = pantone 313

IMG_3707

IMG_3715

 

Et pour finir quelques photos de Bastia ( qui à côté du reste a bien moins de cachet), où on a pu manger notre dernier gratin de brocciu, glace à la châtaigne et autres mets du coin, on a même assisté à un concert de chants traditionnels corses… un goût de trop peu, je vous l’avais bien dit !

IMG_3721 IMG_3733 IMG_3747 IMG_3779 IMG_3782

IMG_3793