M.B.M \ Je suis montée sur ma cheminée pour vous montrer ce que j’ai tricoté

… et ceci n’est pas qu’une rime !

Voici donc mon dernier tricot (fini il y a quelques temps de cela).

IMG_0236Quand j’ai quitté mes collègues d’Orléans, ils m’ont fait ce cadeau (parmi tant d’autres!) : un kit pour tricoter ce haut turquoise…peut-être voulaient-ils occuper mes soirées seules à Grenoble ?? :) Toujours est-il qu’en deux temps trois mouvements et un brin de patience… tadaaa, je me suis fait un t-shirt.

Bon ce n’est pas moi qui vais vous donner des conseils mode. j’ai décidé d’agrémenter ce top plutôt loose avec une jupe habillée et des escarpins.

Je suis donc grimpée sur mes talons et sur ma cheminée pour faire quelques photos… la montagne ça vous gagne : envie de grimper partout ?!?

Merci encore à eux pour ce cadeau ! Je pense très souvent à vous. 

IMG_0234  IMG_0255

〉 Vêtement de fête : drape-toi d’un SARI 〈

A l’occasion des fêtes de fin d’année, j’ouvre une petite parenthèse pour vous raconter comment je m’habille pour les réunions familiales. 

Rarement (trop rarement pour ma mère), je porte le vêtement traditionnel indien, le SARI. Noel, est pour moi l’occasion idéale de m’habiller avec un sari.

Certains disent que c’est le vêtement le sexy au monde puisqu’il laisse apparaître le ventre ( oui, on est bien loin d’un décolleté). 

En Guest Star, maman qui m’habille car je ne connais pas (encore) la technique du drapée. Elle a pris une petite dizaine de minutes. Lorsqu’elle s’habille elle même je pense qu’elle doit prendre 5 minutes. 

Bon réveillon à tous ! 

 

img_7827

N’est pas Hygge qui veut : détails chics (partie II)

img_8100Voici donc la suite de ma trop courte escapade à Copenhague. Comme déjà dit, je suis revenue enchantée de Copenhague. La moindre chose m’a plu dans cette ville : les habitants et leur mode de vie so « HYGGE ».

Depuis le personnel de l’auberge de jeunesse, jusqu’à la vendeuse d’une friperie,  en passant par la gérante du petit café du coin, tout le monde parle anglais. Copenhague est cosmopolite et dynamique….Enfin, dynamique pendant les horaires d’ouverture. J’en ai conclu qu’ils sont calés sur le soleil (lever à 8h et coucher à 16h : ça fait court quand même !) On s’est fait avoir à plusieurs reprises en faisant face à des magasins ou lieux de visite fermés dès 16h.

img_7834Les copenhimg_7968aguois s’accoutument très bien au climat et font quasi tous leurs déplacements à vélo. La ville est aménagée pour les cyclistes : en plus des pistes cyclables, il y aussi des feux tricolores qui leurs permettent de filer, des ponts pour leur unique usage.

img_8139

img_8273

img_8208

Dans la catégorie « je vis en harmonie avec le climat », nous avons aperçu quelques personnes piquer une tête dans le fleuve.

 

 

 

Durant notre séjour, le temps a été froid (avec un bon vent glacial qui gèle les bouts des doigts) mais par contre le soleil était au rendez-vous. Et après une journée au dehors, les cafés permettent de réchauffer nos bouts du nez.

Le café, lieu de prédilection et de jouissance du hygge ( = confort + simplicité + convivialité + bien être). Ils savent à chaque fois mettre le petit détail déco (aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur) qui marchera à coup sûr (bougie, plaid,…) !

 

J’adore tout particulièrement ces portes qui se dérobent vers un sous sol : un sentiment d’aller dans un endroit secret.

img_8016

Limg_8021es commerçants savent soigner leur entrées et vous donnent envie de découvrir leur univers. Les quartier de VesterbrØ et NorrebrrØ regorgent de friperies et de magasins de créateurs.

Entre les boutiques de décoration d’intérieure, les fleuristes et les magasins de fringues, le design danois nous fait de l’oeil avec ses lignes épurées et ses couleurs pastelles. 

img_8101

img_7865

c’est le genre d’endroit on pourrait rester à bouquiner. 

img_7859 img_7858

Du coup, boire un verre à l’extérieur ne parait pas être le bout du monde avec ces gros plaids sur les épaules et ces feux de camps improvisés. (en vrai, on n’a jamais bu un verre en terrasse, mais les Danois le font volontiers)

img_7970

img_7842Pour les restaurants et bars : l’ambiance cosy est aussi au rendez-vous. Ils ont tout compris, ils combinent le café à une activité (coiffeur, laverie, librairie…). 

Les cartes des brasseries et autres restaurants ne sont pas très longues. A chaque fois, nous avons eu la chance de manger des plats faits maison, à la minute, avec des produits frais. Autre point fort du hygge : procurer le sentiment agréable que le plat que l’on mange a été fait pour soi.

img_8130 img_8124

img_8128

img_7949La spécialité du coin qu’on a testée et approuvée est un pain noir sur lequel sont disposés des tas d’ingrédients (poissons marinés, viande tartare, légumes et souvent une sauce). nous avons savouré notre smØrrebrØd dans le marché couvert Torvehallerne : cet endroit grouille de chaleur humaine, c’est un lieu de rencontre où l’on déjeune sur le pouce. 

img_7942

img_8136

img_7960 img_7961

En revanche, définitivement le pays du dessert c’est la France. Hormis les gros gâteaux américains type Carrot Cake, il ne me semble pas qu’ils aient une spécialité. 

La conséquence terrible : avoir envie d’acheter le moindre objet déco, de repartir avec toutes ces petites boites, de toutes les formes, de toutes les couleurs, de toutes les tailles, se dire qu’on n’a pas la place… mais que ça vient quand même du pays et repartir avec un tote bag, une trousse de toilette, des aiguilles à tricoter et  du thé pour tenter de retrouver l’ambiance hygge à la maison…

J’y retournerai !… je pense, je pourrais même y vivre.

img_8289

M.B.M \ Cardigan gris perle (WAK)

img-20160416-wa0000Je m’apprêtais à partir 4 jours à Copenhague, il me fallait donc des vêtements conforts et chauds ! J’ai été séduite par WE ARE KNITTERS (WAK) qui propose « de la joie réunie dans un kit » et aussi des pelotes de laine de qualité.

Il faut dire aussi que leur site me faisait de l’œil et du pied sur les sites de la Redoute, Facebook et cie à coup d’arguments chocs :

- pour la énième fois, il faisait du moins -20%

- laine de qualité : 100% péruvienne – 100% coton et naturels 

- démarche de développement durable : les sacs dans lesquels sont envoyés les kits sont en papier recyclables et réutilisables, leurs aiguilles et crochets sont 100% bois d’hêtre et faites mains, le trapilho pour mon futur gros panier provient du recyclage de t-shirts. 

Et j’ai craqué tout naturellement pour deux kits : un cardigan et un gros panier ( à réaliser au crochet, sauf que - chercher l’erreur - je ne sais pas faire du crochet).

Le kit pour le cardigan se compose de pelotes couleur « gris perle », d’une aiguille couturière( en option, les aiguilles en bois à tricoter, tellement belles), d’une étiquette WAK et le patron du cardigan (niveau intermédiaire). Et je me suis laissée porter par ce tuto très bien expliqué.

Enfin vous l’avez compris : je suis 100% WAK !

Coût : 63euros (mais encore une fois, le plaisir de créer rien que ça !) et surtout pour la petite histoire, le service après-vente assure ! Certaines pelotes étaient défectueuses, ils m’en ont renvoyé rapidement de nouvelles sans demander une preuve…et faire confiance : c’est cool !  

Et voilà mon gilet qui m’a apporté chaleur lors de mon escapade à Copenhague. Canon hein ?

img_8291 img_8301 img_8300 img_8297 img_8293 img_8292


 

 

IMG_6007

M.B.M \ tricot d’une blouse rose poudré

A bas la simple écharpe (même si elle est tellement douce) !! Marre de toujours faire ces rectangles de 6 pieds de longs.

Pour ma première tentative DIY ou M.B.M (comme j’aime l’appeler), je me suis donc essayé à un modèle de blouse rose poudré. (tuto gratuit sur prima pour les intéressés).

IMG_6014JE SAIS! que le rapport prix/ temps passé est très loin d’être à mon avantage (PRIX : 27 euros pour les 8 pelotes – TEMPS PASSE : 2 mois)

JE SAIS! aussi que je n’ai pas l’assurance qu’il sera parfait comme tout droit sorti de chez mon copain espagnol, Zara.

Mais! la joie du fait main et le sourire que j’arbore quand je dis « c’est moi qui l’ait fait !  » n’ont pas de prix alors je me suis lancée.

 

Ce qui m’a plu dans ce modèle est que :

malgré ma faible expérience de tricoteuse, ce tuto était accessible, les points utilisés étant plutôt simples (point godron pour les concernés) ; 

- les manches courtes séduisaient la flemmarde tricoteuse que je suis, car cela me prendrait moins de temps que si les manches étaient longues ;  IMG_6010

- la laine fine utilisée : vêtement idéal pour la saison qui devait s’annoncer (vous connaissez la suite de l’histoire : le printemps n’est jamais venu – les températures estivales ont débarqué sans prévenir) ;

 

 

 

 

- le détail choc : le col en V dans le dos fermé à l’aide d’un ruban (j’ai choisi un tissu type « Liberty »). Ce modèle évite donc l’écueil du pull tricoté par la grand-mère de Bridget Jones avec des cerfs.

 

 

Deux mois plus tard (avec deux semaines de pause), ma blouse est finie, non sans quelques dé-tricotages et re-tricotages.2016-06-12 20.27.34

Il me reste encore pas mal de chose à parfaire dans la méthodo du tricot (ça rime !) : mais en terme de rendu, il répond à mes attentes malgré des petits défauts sur les coutures d’assemblage.

Ça m’a plu ( malgré quelques médisances du type « le tricot serait une affaire de grand-mère ») alors j’ai entamé un cardigan (avec des manches ! :) ) pour cet hiver.

En passant

M.B.M \ Portant en bois : la Redoute peut aller se coucher

J’inaugure une nouvelle catégorie : M.B.M MadeByMyself ! et il faudrait rajouter pas peu fière !

Force est de constater que je commence à être à l’étroit dans mon 33m². L’armoire explose, mes robes sont froissées : je me devais de réagir ! Peu de solutions s’offraient à moi : déménager dans un nouvel appartement avec un dressing ou alors un portant.

J’ai opté pour la 2ème solution et voilà ce que ça donne.  2016-06-12 20.22.58

 

 

 

 

 

 

DSC00216J’ai profité d’un week-end ensoleillé (tu te souviens?) à Saint Dyé pour solliciter des conseils avisés et du matériel pour m’aider à construire ce portant. En voici les quelques étapes (dans les grandes lignes) :

 

 

DSC00212Choisir des tasseaux de bois (6 au minimum, voir plus pour l’ajout d’un « support ») et les poncer (ne pas oublier d’être patient).

 

 

 

DSC00213 DSC00214 Visser les tasseaux de bois entre eux et scier les bouts qui dépassent (faire preuve d’entêtement).

 

DSC00215

 

Pour finir, peindre les tasseaux (rester concentré et n’oublier aucune partie).

 

 

 

Après un transport un peu compliqué où la colonne vertébrale sera probablement mise à rude épreuve (à moins d’avoir un Monospace ou un Kangoo), installez le portant à l’endroit dédié et ajouter la toucher finale : la tringle !

2016-06-12 20.27.34Ça m’aura pris 3 jours mais je suis très contente du résultat je n’ai rien à envier au portant de la Redoute !

Il ne reste plus qu’à admirer le travail en faisant des photos « stylées bébé ! » : parce qu’en vrai, c’est un peu le bazar dans mon portant et je ne porte que très rarement ces escarpins noirs !

En revanche, ce qui est vrai, c’est que j’ai tricoté le haut rose… et ça aussi j’en suis pas peu fière !